Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Accueil > Evenements > Publication de contes réalisés par les élèves

Publication de contes réalisés par les élèves

En 5è, Les élèves ont travaillé sur les contes des Mille et une nuits et en ont inventé d’autres. Celui d’Inès et Sanaa (5è1) mérite d’être publié :

"Cher roi, dit Shéhérazade, j’ai une autre histoire pour vous. Installez-vous, et laissez-moi vous raconter...."

Deux pierres et un roi

Au fin fond de l’océan, là où aucun humain ne s’était jamais aventuré, se trouvait un royame magique, peuplé de sirènes et de bonheur, un royaume magique où les gens ne connaissaient pas le malheur. Ce royaume était gouverné par un roi aimé de tous, il était généreux, aimant et gentil comme toutes les autres sirènes du royaume. Ce dernier s’était marié avec une femme dont la beauté était sans égale et dont la gentilesse n’avait aucune limite. Tous les deux, ils donnèrent naissance à deux filles, Lola et Lyly. Elles avaient le visage d’ange de leur mère. En revanche, la méchanceté et l’arrogance qu’il y avait dans leur sang ne connaissait aucune limite.

Malheureusement, le bonheur fut de courte durée car peu de temps après, la reine tomba gravement malade et mourut.
Le roi était dévasté. Rien ni personne ne pouvait lui redonner le sourire, pas même ses propres filles qu’il délaissa après la mort de sa femme. La seule chose qui pouvait le faire sortir de sa tristesse, c’était de se promener dans le jardin où la reine et lui s’étaient rencontrés, et de se remémorer les merveilleux instants passés avec elle.

Un jour, en se promenant dans se jardin, il trouva deux pierres précieuses dont la beauté le captiva. Une était rouge comme le sang, et l’autre bleue comme l’océan. Elles était si belles, si lisses, si brillantes, que le roi décida de les apporter avec lui au palais. Une fois rentré chez lui, il partit se coucher en déposant les deux pierres sur sa table de nuit sans daigner jeter un regard à ses deux filles, Lola et Lyly.

Le lendemain matin, il fut réveillé par un bruit, qui ressemblait à un craquement. Le roi se leva, et vit que les deux pierres bougeaient sur sa table. Il s’avança pour les prendre dans ses mains, mais à peine les eut-il touchées que les deux pierres se brisèrent en deux et laissèrent apparaître deux jolies sirènes, qui surpassaient presque la beauté de ses deux filles. Le roi décida de les adopter et de les traiter comme ses propres filles, en délaissant toujours Lola et Lyly.Il en nomma une Félicia et l’autre Cléophé. Lola et Lyly détestaient les deux jolies sirènes que leur père adorait. Elles étaient prêtes à tout pour les faire disparaître définitivement.

Les années passèrent, et la rage que les deux soeurs éprouvaient contre Félicia et Cléophé grandissait chaque jour un peu plus. Alors que le roi avait complètement délaissé ses deux dernières, il se rapprochait toujours un peu plus des deux pierres humaines, qui étaient devenues de magnifiques jeunes filles.
Les deux soeurs agacées, demandèrent à un des serviteurs du château quelque chose d’assez particulier :
" Toi jeune homme, dis-nous ce qui te ferait plaisir ; des bijous ? De nouveux vêtements ? Une assiette remplie ?
- Pourquoi me feriez-vous ce privilège ? reprit le jeune homme, je ne suis qu’un simple esclave de ce vaste palais, où mes services ne sont même pas remarqués...
- Nous t’offrirons toutes les richesses que tu désires, si tu verses dans le thé de Félicia et Cléophé un poison qui les tuera. Et si tu refuses, nous te tuerons demain dès la première heure du jour. Alors ? Que décides-tu ?
- Je n’ai guère le choix," répondit le jeune homme résigné.

Le jeune garçon versa quelques gouttes du poison dans le thé de Félicia et Cléophé à contre-coeur, et les servit aux deux dernières.
Les deux princesses posèrent les lèvres sur les tasses, quand le garçon s’écria de ne pas boire ça. Il révèla au roi ce que ses deux filles lui avaient demandé de faire. Le roi décida de les enfermer dans une prison ou aucune sirène n’avait jamais osé s’aventurer.

Après plusieurs années, les deux princesses maléfiques croisèrent le chemin d’une sorcière, qui décida de les libérer pour accomplir leur vengeance contre leur père. Avec leur désir de vengeance et leur soif de pouvoir, elles se dirigèrent vers le palais.

Les deux princesses Félicia et Cléophé avaient bien grandi. Elles était devenues de belles grandes jeunes femmes. Le roi était mort deux ans auparavant, les deux pierres humaines était donc devenues reines. Un dialogue commença alors entre les deux reines et les trois femmes maléfiques.
" Alors, l’heure de notre vengeance a enfin sonné, on va pouvoir vous donner la correction que vous méritez, dit Lyly.
- On ne vous a rien fait, le roi a fait son choix. Nous n’y sommes pour rien si c’est nous qu’il a choisi. De toute manière, le roi n’est plus de ce monde, vous ne pouvez plus rien faire pour vous venger."
Le visage des deux princesses resta figé. Comme si elles ne ressentaient rien. Après quelques minutes, elles éclatèrent de rire :
"Hahaha, dans ce cas, il ne reste plus qu’à vous tuer vous !
- Si nous devons nous battre et peut-être même vous tuer pour protèger notre royaume, nous le ferons, et sans hésitation.
- Votre royaume ?! C’est le nôtre ! Que vous nous avez volé ! Tout comme vous avez volé notre père ! Et même si nous ne pouvons recupérer qu’une seule chose dans les deux, nous le ferons ! Montre-leur, sorcière !"
Cette dernière lança une poignée de sable rouge sur le sol, et la terre se mit à trembler. Un dragon cracheur de flammes et plusieurs autres monstres apparurent. Une bataille infernale commença entre les deux clans : d’un côté les reines et leurs gardes, et de l’autre la sorcière, les princeses maléfiques et leurs monstres.
Des coups, des sorts, et plusieurs soldats qui perdirent la vie. Tout à coup, un cri retentit. Lyly sentit comme une vague froide la traverser. Elle chercha des yeux sa soeur, en vain. Elle la retrouva peu de temps après, étalée sur le sol, une épée lui traversant la poitrine.
Sa soeur était bel et bien morte. Désespérée, Lola s’enfonça un couteau dans le ventre, et mourut.
La bataille était enfin terminée. Les deux reines ressentirent un profond soulagemant. La moitié du royaume était détruit et plusieurs personne avaient perdu la vie.
Il fallut plusieurs années pour pouvoir reconstruire le royaume.
Les deux reines trouvèrent chacune un roi avec qui elles se marièrent et donnèrent naissance à un enfant chacune.
Cléophé, appella sa fille Louna.
Quant à Félicia, elle appela sa fille, Ariel, la petite sirène.

"Mais ça, c’est une autre histoire que je vous raconterai plus tard..."

Inès et Sanaa, 5ème1

SPIP 3.1.6 [23598] | Squelette BeeSpip v.3.1.0